26. L’école comme contrat d’adhésion

De wiki diateino.
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire : Accueil

chapitre précédent : 25._Et_si_nous_disions_la_vérité_aux_élèves_?

chapitre suivant : 27._La_décision


26. L’école comme contrat d’adhésion

Friedrich Kessler, lorsqu'il écrivait en 1943 dans la revue de la faculté de Colombia (Colombia Law Review), définissait un nouveau type de contrat, adapté à l'ère industrielle. Plutôt que d'être négocié individuellement entre chaque partie, un contrat d'adhésion est un accord standard à prendre ou à laisser.

L'industriel dit, utilisez cette voiture ou ce logiciel ou ce téléphone, et simplement par cette utilisation, vous acceptez nos termes et nos conditions. En remerciant, au passage, Doc Searls pour le lien, voici ce que Kessler écrivait : Le développement d'entreprises de grande envergure avec une production de masse et une distribution de masse a rendu inévitable l'apparition d'un nouveau type de contrat - le contrat standard de masse. Un contrat standard, une fois son contenu rédigé par une entreprise commerciale, est utilisé dans chaque affaire concernant le même produit ou service. L'individualité de chaque partie qui donnait si souvent cette couleur propre aux anciens types de contrats a disparu. Le contrat stéréotypé d'aujourd'hui reflète l'impersonnalité du marché... Une fois que l'utilité de ces contrats a été révélée et améliorée dans les domaines du transport, de l'assurance et de la banque, leur usage s'est répandu dans toutes les autres fonctions des grandes entreprises, aussi bien pour les affaires internationales que nationales, ainsi que dans les relations de travail.

L'école offre le même type de contrat. Chaque étudiant qui franchit le seuil de l'école publique accepte par défaut un contrat d'adhésion (comme ses gardiens et ses parents). Au Texas, le contrat inclut même des contraventions et des amendes pour des élèves de dix ans (et si elles ne sont pas payées lorsque l'élève atteint dix-huit ans, il va en prison).

Même si l'on considère les techniques scolaires draconiennes et barbares du Texas, comme une expérimentation, nous voyons une menace constante qui se répand partout dans l'école. Les sous-entendus sont clairs : "Hé, il y a beaucoup d'élèves ici. Trop d'enfants, trop de choses à faire. C'est ma manière ou rien, fils"

Exactement ce que dirait un contremaître à un ouvrier difficile sur la chaîne de montage. Certainement pas ce que dirait un patron à un artiste talentueux.

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils